Discours de M. Isselmou Ould Hanefi, à la cérémonie d’ouverture, de L’Assemblée Générale de la plateforme des Organisations d’Afrique Francophone pour le Renforcement des Systèmes de Santé et de la vaccination, (OAFRESS), 27-29 Mai 2021, Hôtel Mauricenter, Nouakchott Mauritanie

La plateforme OAFRESS, l’Organisation d’Afrique Francophone pour le Renforcement des Systèmes de Santé et de la Vaccination, a tenu son Assemblée Générale du 27 au 29 Mai 2021, à Nouakchott en Mauritanie. La cérémonie officielle de lancement des travaux a été organisée le 27 mai 2021 à 9 heures précises à L’Hôtel Mauricenter , sous la présidence effective de son Excellence, M. Rassoul Ould Khal , commissaire adjoint,  aux droits de l’homme, à l’action humanitaire et aux relations avec la société civile.

Créée depuis 2011, la tenue de son Assemblée Générale cette année a été l’occasion pour l’OAFRESS de célébrer ses dix (10) ans d’existence. Elle a réaffirmé son engagement auprès de la population francophone, des Gouvernements des pays membres et partenaires pour l’accès aux soins de vaccination et de santé. C’est dans ce cadre, que nous revenons sur le discours  de M. Isselmou Ould Hanefi , prononcé à la cérémonie d’ ouverture le 27 mai. Nous rappelons, qu’il a été élu à 100% des voix  comme, 1er vice président de son Conseil D’administration.

Pour rappel, M. Isselmou Ould Hanefi, est le président du  Réseau de la Société Civile d’appui et de soutien à la vaccination et au RSS en Mauritanie (VACNET-Mauritanie) qui a été sélectionné cette année,  pour accueillir en République Islamique de Mauritanie, l’Assemblée Générale de l’OAFRESS.

Ce choix a été soutenu par l’engagement de l’État de la République Islamique de Mauritanie à travers le Ministère de la santé et le Commissariat aux droits de l’homme, à l’action humanitaire et aux relations avec la Société Civile. Ci après, l’intégralité de ce discours :

Discours de Monsieur Isselmou Ould Hanefi, Président du Comité d’organisation local et président du Vacnet-Mauritanie, Nouakchott, du 27 au 29 mai 2021, à l’Hôtel Mauricenter
Son Excellence, M. Mohamed Nedhirou Hamed, Ministre de la Santé
Son excellence, M. Hacenna Ould Boukhereisse, Commissaire aux Droits de l’Homme, à l’Action Humanitaire et aux Relations avec la Société Civile.
Mesdames, Messieurs les membres du Conseil D’Administration de L’OAFRESS
Mesdames, Messieurs, les représentants des plateformes membres de L’ OAFRESS
Mesdames Messieurs, les représentants de GAVI CSO
Mesdames Messieurs, les représentants du REPAOC
Mesdames, Messieurs, les Ambassadeurs,
Mesdames, Messieurs, les Représentants des Agences des nations unies,
Mesdames, Messieurs, les représentants du Gouvernement,
Monsieur le Représentant de la Plateforme non Etatique
Mesdames, Messieurs les représentants de la société civile
Distingués Invités, Mesdames, Messieurs,

Je voudrais tout d’abord, au nom de mes collègues du Vacnet et en mon nom personnel, vous souhaiter la bienvenue, sur cette terre, où l’hospitalité mauritanienne légendaire arabo-africaine vous servira généreusement, tout au long de votre séjour Incha Allah.

Et vous remercier d’avoir choisi notre Pays pour l’organisation de cette Assemblée Générale, sur laquelle, nous fondons de grands espoirs, pour l’Afrique de demain, comme modèle à suivre, aussi bien, sur le plan de la gouvernance démocratique que sur celui de l’engagement communautaire.

C’est la seule voie, dans un monde de plus en plus difficile, pour répondre aux attentes de nos populations et aider nos pays à atteindre l’objectif 3 et ses 9 cibles énoncées, par les nations unies, afin de permettre à tous de vivre en bonne santé et à promouvoir le bien-être de tous à tout âge à l’horizon 2030, dont nous venons d’entamer la dernière décennie.

C’est un grand honneur pour le Vacnet d’accueillir à Nouakchott, la première assemblée générale de L’OAFRESS souveraine, un rêve pour lequel, nous nous sommes tous battus, pendant un peu moins d’une décennie.

Nous félicitons, le Président du Conseil D’administration sortant, Mr Bertrand Kampoer, pour les progrès significatifs réalisés sous son mandat, en dépit, d’un contexte interne difficile et un environnement mondial, tendu, marqué par, une double crise sanitaire et économique liée à la pandémie de Covid-19.

Nous apprécions aussi, à sa juste valeur, la collaboration exemplaire avec le secrétariat de L’OAFRESS, ainsi que la constance et le professionnalisme de son travail ,  qui ont permis de préparer techniquement, l’organisation de cette assemblée générale dans de bonnes conditions et dans les délais.

Aussi, nous exprimons notre gratitude et nos sincères remerciements au comité d’organisation local, pour le travail ardu, qui a permis en si peu de temps, de réunir les meilleures conditions possibles, pour la tenue de cette assemblée Générale.

Avec des remerciements spéciaux, pour notre collègue, Med Ould Mbareck, qui n’a ménagé aucun effort, pour assurer du coté opérationnel ce succès.

Cette Assemblé Générale Ordinaire, la première du genre, depuis que l’OAFRESS a accédé à sa souveraineté, après la validation de ses textes fondateurs en 2018 à Nairobi, est une étape historique et symbolique, qui nous balise le chemin de l’espérance, pour bâtir un avenir meilleur, pour nos enfants, dans un monde, qui promeut la vaccination stimule le développement des systèmes de santé et privilégie des voies pour l’investissement économique judicieux

 Nous sommes heureux de partager, en ce moment ses agréables retombées, surtout qu’ils coïncident, avec la commémoration de son 10éme anniversaire, que nous célébrerons dans moins de 48heures.

Elle se tient dans un contexte mondial, régional et national, particulier, marqué par de multiples défis et restrictions, qui nous ont contraints à réduire de moitié, le nombre des participants à cette session, contrairement à ce que nous avons l’habitude de faire, et relever ainsi le défi, de réunir en présentiel 35 participants dans cette conjoncture particulière.

Nous saluons la réalisation d’avancées importantes comme la mutualisation de l’atelier de renforcement des capacités des champions et la mobilisation de l’appui de l’Etat hôte.

Dans ce sens, nous remercions très chaleureusement le gouvernement mauritanien, pour les excellentes conditions de sécurité dans lesquelles se déroulent nos travaux et l’aide appréciable du Ministère de la santé et du commissariat aux Droits de l’Homme, à l’Action Humanitaire et aux Relations avec la Société Civile, qui ont facilité l’organisation de cette Assemblée Générale.

 Ainsi, l’appui de l’Etat a permis une contribution significative de la PFN Vacnet, qui s’élève à, $20 727, (725 230 MRU), soit 25% du montant du budget de L’AG : Tout comme, nous nous félicitons l’appui apporté par  la plateforme des acteurs non étatiques.

Des remerciements tout aussi chaleureux que sincères adressés au GAVI et au REPAOC, pour leur soutien constant et leur accompagnement de principe, qui nous ont permis bon an mal an, d’être là aujourd’hui.

Sur ce sujet, une Assemblée Générale est toujours un moment fort pour évoquer les incertitudes, les remarques et bien sûr les attentes pour les années à venir.

Les incertitudes sont celles, en rapport avec les performances et les choix de nos partenaires de travail, dont l’engagement à nos côtés, au terme d’une décennie de partenariat est très en déca de nos espérances.

Les remarques sont celles surtout, de la faiblesse persistante des capacités structurelles, organisationnelles et institutionnelles des PFN de L’OAFRESS, une décennie après son lancement.

Les attentes, restent largement orientées vers plus de collaboration avec les Etats, surtout avec le  GAVI, à la veille de la mise en œuvre de sa stratégie 5.0, afin qu’il  tire les leçons apprises, lors de la mise en œuvre de ses stratégies précédentes, applique intégralement ses recommandations, par rapport à l’implication de la société civile, au renforcement de ses capacités et à son autonomisation.

Par ailleurs, compte tenu des conditions difficiles, que traverse le monde actuellement, la rareté des ressources et toutes les autres difficultés liées à la pandémie, nous souhaitons que le mandat du Conseil d’administration soit désormais de 4 ans, avec deux réunions en présentielles, par an, et que, l’assemblée générale se tienne tous les 3 ans.

Les cotisations des PFN doivent être réduites des deux tiers, jusqu’à que la situation générale s’améliore et que les partenaires changent de paradigme sur le plan partenarial,  en octroyant des appuis directs  pour les PFN, pour renforcer leur capacités et les rendre plus performantes.

Enfin, nous rappelons trois bonnes raisons, qui justifient le transfert à l’avenir du siège de L’OAFRES à Nouakchott

La stabilité politique et ses effets positifs induits sur la sécurité dans notre pays, au moment où les Pays du Sahel, sont confrontés à des défis sécuritaires majeurs, qui constituent un danger pour la stabilité des Etats voir même leur existence dans certains cas.
Les progrès importants enregistrés dans le domaine des droits de l’homme, de la bonne gouvernance et l’enracinement de l’Etat de droit
La promulgation de la nouvelle loi sur la réorganisation de la société civile, qui rend obligatoire sa participation active dans la planification, la formulation, la mise en œuvre et le suivi des politiques publiques.
L’engagement de L’Etat auprès du Vacnet, à hauteur de 25% environs du budget de notre AG est un argument dans ce sens, qui se passe de tout commentaire et un événement inédit dans notre culture et nos traditions de travail depuis une décennie

Mesdames Messieurs, Distingués invités,

 Depuis sa création en 2011, en dépit de l’engagement constant de ses partenaires, l’OAFRESS organise pour la première fois, un événement de cette importance, avec l’appui technique et politique de L’Etat hôte.

Par L’organisation de cet événement à Nouakchott, avec l’appui technique et politique du gouvernement, la voie est désormais tracée pour tous nos Etats, en vue de prendre leurs responsabilités, pour façonner et construire cet idéal social,  dans lequel, tous les enfants en Afrique francophone, bénéficieront d’une couverture vaccinale intégrale pour (les antigènes fondamentaux d’au moins 95%  pour  être en mesure d’exercer pleinement leur rôle de futur citoyen.)

Cet engagement gouvernemental, s’explique par la nouvelle volonté des autorités d’encourager le développement d’une nouvelle conscience africaine, à travers l’OAFRESS, comme vecteur essentiel du renforcement des systèmes de santé et de vaccination en Afrique.

C’est aussi, un signe d’ouverture vers plus d’intégration régionale à travers le rapprochement des peuples, par le biais d’une collaboration étroite et Franche entre le Gouvernement et la Société Civile, pour l’intérêt des populations.

A la veille d’importants changements politiques et institutionnels dans notre Pays, qui apporteront des solutions concrètes à l’épineux problème de la participation des OSC à la formulation des politiques publiques, en général, et, aux cadres stratégiques de réduction de la pauvreté, en particulier.

Ce qui constitue un des fils directeurs du débat sur le statut de la société civile, que le Pays est en train de redéfinir à travers la mise en œuvre de la nouvelle loi, dont le texte abroge et remplace la loi 64.098 du 9 Juin 1964 relative aux associations ainsi que ses modifications ultérieures et devient ainsi, conforme à l’esprit de la Constitution du 20 Juillet 1991 modifiée.

La société civile, est une composante essentielle dans nos Pays en général, elle doit jouer son rôle pour compléter et renforcer les Etats, afin qu’ils puissent garantir de façon durable la paix intérieure,  qui est une condition fondamentale pour le développement et le progrès de toute nation, mais aussi, atteindre les objectifs du PNDS, pour une meilleure santé des populations.

Elle devient de plus en plus, cet acteur partenaire, porteur de la créativité organisationnelle et culturelle des citoyens, socle d’un troisième pouvoir, lieu de l’initiation de la prochaine génération de dirigeants de la société au sens large, qui tiendront mieux compte des besoins réels de tous les citoyens, en particulier dans le domaine de la santé, et qui aideront et compléteront l’état dans l’exercice de ses missions régaliennes.

Mesdames, Messieurs, Distingués invités,

Mesdames Messieurs, distingués invités,

Les acteurs de la société civile travaillent dans des communautés difficiles d’accès, où moins de la moitié des enfants sont complètement vaccinés.

Ils collaborent désormais activement avec les pouvoirs publics, pour concevoir des services efficaces, pour atteindre les communautés, qui, autrement, ne le seraient pas et, pour dissiper les mythes qui rendent les populations hésitantes à faire vacciner leurs enfants. Ainsi, nos plateformes contribuent à la réussite des programmes nationaux du PEV, le plus souvent dans des conditions difficiles et sur leurs propres moyens en faisant :

Le plaidoyer à tous les niveaux (national, régional, départemental et communautaire);
La mobilisation sociale à tous les niveaux (national, régional, départemental et communautaire) ;
La Communication pour le changement de comportement et le changement social ;

Le soutien au  SEV

Pour rappel,  la création du réseau a été parrainée par le SEV, l’OMS  et L’Unicef en 2012, depuis cette date une coordination a été mise en place.

Toutes les activités de communication pour la vaccination,  ont été réalisées, en collaboration avec le Vacnet , en particulier:

Les semaines Africaines de vaccination (SAV) qui s’organisent toutes les dernières semaines du mois d’avril chaque année
La polio à travers le monitorage externe et indépendant
La sensibilisation au niveau de certaines Moughataa dont les couvertures vaccinales sont basses
Les rattrapages des enfants sous vaccinés au niveau régional
La préparation du RSS
La cartographie des nomades

Je vous remercie.

A propos

Site web d'information et de communication de L'ONG SOS Abbere

Laisser un commentaire